Visualisation de donées: des données à la compréhension. Meet the Ordina expert

Joris Klerkx

Notre cerveau pense en images. Une vidéo marque plus longtemps les esprits qu’une interview écrite. Une infographie offre un aperçu plus rapide qu’une série de chiffres. Quant aux diagrammes à barres, en bâtons, camemberts ou ponctuels, ils aident à interpréter les données et les chiffres, et facilitent le processus décisionnel. « Voir, c’est comprendre », dit Joris Klerkx. En tant que Practice Manager chez VisionWorks, il aide les clients à résoudre des problèmes de BI complexes grâce à la visualisation de données.

Tapez « Joris Klerkx » dans un moteur de recherche et vous constaterez immédiatement que Joris Klerkx n’est pas un inconnu dans le monde de la visualisation de données. Il a étudié le sujet pendant 13 ans à la KU Leuven, d’abord en tant que doctorant – en plus de ses études en informatique – et ensuite, en tant que directeur de recherche et expert en recherche. Il a supervisé de nombreux étudiants dans le cadre de travaux de fin d’études et, jusqu’à récemment, il a donné des conférences sur la valeur de la visualisation de données.

La visualisation dans les environnements d’apprentissage

« Au cours de ma carrière universitaire, j’ai fait beaucoup de recherches sur le pouvoir de la visualisation dans les environnements d’apprentissage. Mais la valeur de la visualisation ne se limite pas à l’éducation, dit Joris Klerkx. Dans les entreprises, les personnes chargées de prendre des décisions ne le font plus de manière instinctive. Elles ont besoin d’analyser des données, d’établir des liens entre elles et de dégager des tendances. La visualisation des données est au moins aussi importante dans cet environnement. » En tant que chercheur, Joris Klerkx a collaboré avec l’agence VLAIO pour répertorier les besoins en visualisation des entreprises. C’est ce qui l’a poussé à se tourner vers le monde des affaires : il voulait appliquer ses connaissances académiques de manière plus concrète, être plus réactif et vraiment en première ligne. En d’autres termes, être en contact avec les clients. Joris Klerkx a été courtisé par de nombreux employeurs, mais il a choisi Ordina. « En raison de ses nombreux clients importants dans différents secteurs et de sa culture d’entreprise ouverte et humaine », explique-t-il.

Dans les entreprises, les personnes chargées de prendre des décisions ne le font plus de manière instinctive. Elles ont besoin d’analyser des données, d’établir des liens entre elles et de dégager des tendances.

De l’information à la compréhension

En 2017, Joris Klerkx a quitté l’université pour VisionWorks, notre business unit BI et analytics, où il a travaillé comme consultant en visualisation de données et expert en solutions. Depuis janvier 2019, il est Practice Manager : en plus de superviser les projets de ses clients, il travaille à déterminer une vision et des objectifs pour son équipe, fait de la prospection, partage ses connaissances et recrute même de nouveaux collègues.

A-t-il vu une évolution dans les questions posées par les clients au cours de ces deux dernières années ? « Absolument. Il va sans dire que la visualisation de données n’est pas une nouveauté. Les solutions de Business Intelligence (BI) permettent de visualiser les KPI dans des tableaux de bord, et ce, depuis des décennies. Cependant, il ne suffit pas que des données soient reprises dans un tableau de bord pour qu’elles fournissent des éclairages utiles. Pendant des années, ce décalage a provoqué des tiraillements entre informaticiens et hommes d’affaires : l’équipe informatique était fière des tableaux de bord qu’elle fournissait, mais les utilisateurs ne savaient souvent pas quoi en faire. En visualisant l’information intelligemment et en combinant différentes données en un tout ou un modèle, vous faites apparaître la corrélation entre les données. Vous vous assurez ainsi du fait que cette information est également comprise », dit Joris Klerkx. « Les entreprises commencent à saisir l’intérêt de la méthode. Les grands projets en matière de big data comportent de plus en plus un volet visualisation des données.

En combinant différentes données en un tout ou un modèle, vous vous assurez du fait que cette information est également comprise.

Design thinking et cocréation

Le portefeuille de clients de l’équipe s’étoffe à vue d’œil. Au cours de ces derniers mois, ils ont mené à bien plusieurs projets de visualisation pour différentes entreprises : de Nike à des groupements de banques et compagnies d’assurance, en passant par l’opérateur de réseau Elia.

La clé de leur succès ? L’approche choisie, selon Joris Klerkx. VisionWorks propose systématiquement un court projet pilote pour démontrer les avantages de la visualisation de données. L’équipe utilise la méthodologie du design thinking : « Nous travaillons délibérément avec des sprints très courts, qui durent souvent deux semaines », explique-t-il. « Dans le cadre de cette démarche, la cocréation revêt une importance capitale. Au lieu de demander au client ce dont il a besoin, nous nous asseyons autour d’une table avec les collaborateurs IT et les futurs utilisateurs, et nous essayons de comprendre comment ils travaillent et quel défi spécifique ils doivent relever. À partir de là, nous développons un prototype que nous présentons dans un “hallway test” : nous demandons à deux personnes ce qu’elles voient et quels modèles elles reconnaissent. Cela donne parfois lieu à des réactions surprenantes, que nous intégrons immédiatement dans le modèle. Vous obtenez ainsi rapidement un résultat tangible. Et parce que vous impliquez activement les utilisateurs dans le design sprint, vous disposez immédiatement de nombreux ambassadeurs. »

Parce que vous impliquez activement les utilisateurs dans le design sprint, vous disposez immédiatement de nombreux ambassadeurs.

Des outils adaptés aux besoins

Pour choisir les outils de visualisation de données, l’équipe part également des besoins du client. Joris Klerkx : « La visualisation de données commence toujours par un croquis sur papier. Pour traduire ce croquis en prototype, nous utilisons une large gamme d’outils. Auparavant, il s’agissait de Java en 2D, mais il existe actuellement de nombreux progiciels qui vont de Tableau à D3.js, en passant par PowerBI et QlikView, pour les modèles plus complexes. Ces outils ne sont cependant qu’un moyen de faire passer le message. Pour chaque projet, nous choisissons la solution la mieux adaptée aux besoins du client. »

Un investissement limité pour d’excellents résultats

Voilà 15 ans que Joris Klerkx est convaincu de la puissance de la visualisation de données. Aux côtés de collègues toujours plus nombreux, il peut maintenant mettre ses connaissances en pratique. « De la plus grande multinationale à la friture du coin : chaque entreprise a intérêt à visualiser les données qu’elle collecte et à en tirer des modèles. Et rien ne les en empêche car un projet de visualisation est très accessible. L’investissement est limité et les résultats sont rapidement disponibles », précise Joris Klerkx. « Nos clients l’ont compris. Quand j’ai commencé chez Ordina en 2017, nous étions cinq experts. Aujourd’hui, nous sommes 20 et nous cherchons de nouveaux collègues. »

De la plus grande multinationale à la friture du coin : chaque entreprise peut tirer profit de la visualisation de données. Et rien ne les en empêche car un projet de visualisation est très accessible.


Curieux de savoir comment Ordina peut vous aider ? Contactez Joris Klerkx.