La moitié des décideurs IT n’est pas convaincue des avantages des équipes multidisciplinaires : l’inconnu fait peur

Malines, le 28 octobre 2021 – Seuls 50 % des décideurs IT estiment que la formation d’équipes multidisciplinaires permet d’obtenir les meilleurs résultats dans le cadre de projets IT, d’après l’Ordina Digital Monitor, une étude menée auprès de 500 décideurs belges. Les personnes qui travaillent avec ces équipes sont plus positives que celles qui n’y font pas encore appel : l’inconnu fait peur.

Download Ordina Digital Monitor 2021 – High performance teams

69% des décideurs admettent travailler avec des équipes multidisciplinaires dans le domaine de l’IT. Il peut s’agir d’équipes avec des collaborateurs internes, d’une combinaison entre expertise externe et collaborateurs internes ou d’équipes composées à 100 % de collaborateurs externes. Il ressort en outre de l’Ordina Digital Monitor que ce sont surtout les grandes organisations qui font appel à des équipes multidisciplinaires. 76 % des organisations dénombrant 250 ETP ou plus font appel à des équipes multidisciplinaires. Elles perçoivent les avantages qui en découlent tels que le travail à cycle court, une amélioration de la satisfaction des clients et collaborateurs, un time-to-market plus court et une plus grande flexibilité grâce à un établissement plus fréquent des priorités.

Tjeerd Wichers, directeur High performance teams chez Ordina : « Le fait que les organisations ne sont pas convaincues du résultat des équipes multidisciplinaires s’explique surtout par le manque d’expérience et de connaissances concernant la force et l’efficacité de ces équipes. Les organisations qui font appel à des équipes multidisciplinaires en perçoivent bien les avantages. » C’est ce que le Digital Monitor souligne également. Wichers poursuit : « Le fait que les plus grandes organisations font plus fréquemment appel à de telles équipes est une tendance que l’on remarque également chez nos clients. Ces organisations fonctionnent traditionnellement de manière compartimentée, entre départements, unités ou sites. Les équipes multidisciplinaires sont alors la solution. Surtout lorsqu’il s’agit de questions qui concernent toute l’organisation, ou de questions dont la valeur commerciale est très importante. » 

Accent sur la composition et le résultat

Le travail avec des équipes multidisciplinaires est cependant également perçu comme une valeur durable : 92 % des organisations interrogées s’attendent à ce que l’utilisation de ces équipes demeure identique voire augmente. Il est notamment fait appel à des équipes multidisciplinaires lorsque des connaissances et une expertise spécifiques sont nécessaires dans le cadre de projets complexes qui concernent l’ensemble de l’organisation.
Wichers : « On obtient le meilleur résultat avec des équipes hybrides, composées d’experts de l’organisation cliente et d’experts externes. On dispose ainsi de suffisamment de connaissances de l’organisation, et la combinaison entre collaborateurs propres et experts externes augmente son capital d’apprentissage. » La composition des équipes est, selon Wichers, un point d’attention important. « Il est important de trouver un mélange parfait entre expertise et personnalités. En outre, les équipes visent un développement et une amélioration continus. Le team performance coach a un rôle important à jouer à cet égard. Avec des équipes hybrides, vous profitez également au maximum des avantages et résultats d’une équipe de haute performance, telle qu’elles sont nommées dans le moniteur. »

Seule la moitié des décideurs IT sont convaincus

Cependant, tout le monde n’est pas encore convaincu. Seuls 50 % des décideurs IT estiment que la formation d’équipes multidisciplinaires permet d’obtenir les meilleurs résultats dans le cadre de projets IT. Il convient de noter que les organisations interrogées qui travaillent déjà avec ces équipes sont plus positives que celles qui n’y font pas encore appel. Près de 6 décideurs IT interrogés sur 10 (59 %) qui font appel à des équipes multidisciplinaires pensent qu’elles permettent d’arriver aux meilleurs résultats dans le cadre de projets IT. Parmi les personnes interrogées, un peu moins d’un tiers seulement (28 %) ne travaillent pas encore avec ces équipes.

Il ressort également que les personnes interrogées qui travaillent avec des équipes multidisciplinaires en perçoivent mieux les avantages que celles qui font appel à une autre forme de travail. Un résultat plus rapide grâce au travail à cycle court (36 %), une augmentation de la satisfaction des collaborateurs (33 %) et un time-to-market plus court (32 %) sont les principaux avantages selon elles. Ces pourcentages sont inférieurs (respectivement de 29 %, 26 % et 14 %) chez les décideurs IT qui ne travaillent pas avec des équipes multidisciplinaires. Wichers : « On peut donc en conclure que l’inconnu fait peur. »

C’est surtout la direction qui doute encore

Ce sont surtout les cadres dirigeants qui émettent encore des doutes à propos de l’utilisation d’équipes multidisciplinaires. Ils y voient des obstacles, en raison de l’autonomie élevée et de l’autopilotage des équipes. 51 % des membres des directions stratégiques considèrent le niveau élevé d’autonomie comme un obstacle, la poursuite de l’objectif global de l’entreprise s’en trouvant compliquée. 55 % estiment qu’il est plus difficile d’atteindre les objectifs, car les résultats sont moins prévisibles. Le personnel technique et de soutien le considère moins comme un obstacle (respectivement 37 % et 41 %). De plus, il apparaît que les décideurs qui ne travaillent pas avec des équipes multidisciplinaires considèrent plus souvent l’autopilotage et l’autonomie comme des obstacles potentiels. L’inconnu fait donc peur dans ce domaine. Wichers l’admet, mais précise que cette crainte n’est pas toujours justifiée : « C’est précisément aux clients dont les cadres supérieurs dirigent sur la base du résultat que nous pouvons expliquer avec notre procédé et nos méthodes que le but de l’équipe est aligné sur les objectifs du client et de l’organisation ».

Download communiqué de presse